WhatsApp Image 2021-02-12 at 12.38.30.jp

QU'EST-CE QUE C'EST LE BIOHACKING ?

Qu'est-ce que c'est le Biohacking ?

 

J’aimerais bien avoir une seule réponse à cette question. Mais il y en a plusieurs.

 

Comme je le vois : le biohacking est un mouvement qui vise à optimiser notre corps et nos performances en combinant des connaissances issues de la biologie, de la technologie, de la recherche holistique et de l'expérimentation personnelle. 

 

Tel que l'épigénétique le démontre, notre biologie ne conditionne pas notre destin, mais notre contexte oui.

 

Un biohacker peut être une personne qui a décidé de connaître le fonctionnement de son corps et d’appliquer certaines astuces naturelles et gratuites pour le faire mieux fonctionner.

 

Dans un autre extrême, il peut être aussi un ingénieur qui va inventer et s’implanter une puce équilibrant les niveaux de glycémie dans le sang et partager sa méthode en ligne, accessible à tous.

 

En gros, c’est intervenir sur notre biologie. 

Les résultats du biohacking ?

 

  • Meilleure concentration, énergie et capacité de raisonnement. Idéal pour atteindre un objectif ! 

  • Perte rapide du poids, sans le récupérer. Le biohacking est un style de vie, pas un régime !

  • Meilleur sommeil : après une bonne nuit de sommeil vient une journée d'énergie !

  • Plus de calme : Tous les hacks sont anti-stress ! Donc :

  • plus saines et sereines relations avec les autres.

  • Moins de douleurs : tous les hacks réduisent nos différentes inflammations et alimentent nos mitochondries (sources de notre énergie corporelle).

  • Accessible à tous : les astuces sont accessibles ou gratuites pour commencer dès demain. 

 

Contexte 

 

Le terme Biohacking a été incorporé par le dictionnaire anglais Merriam Webster comme un nouveau terme en 2018. Il vient de l’anglais “hacker”, des personnes ayant beaucoup de connaissances en informatique qui visent à améliorer leur fonctionnement en trouvant de nouvelles combinaisons d'éléments ou en enlevant ceux qui les font mal fonctionner ou se ralentir.

 

Le “père” du biohacking est Dave Asprey, un américain qui a comme but de vivre jusqu’à 180 ans grâce aux hacks qu’il expérimente sur lui-même depuis plusieurs années. Selon lui, il existe au moins 100.000 autres biohackers dans le monde.

Ses bases

Il s’agit d’un mouvement inclusif misant sur le partage libre de connaissances en contrepied de la tendance au brevetage et au secret. 

 

La biologie, son analyse et son intervention ne sont plus réservées à l’élite et ne coûtent plus si chères : Ils existent des formations pour apprendre à lire des analyses de sang et agir en conséquence, ou encore des entreprises à qui envoyer ces échantillons pour recevoir un plan d’action personnalisé (par exemple Viome).

 

C’est une approche holistique : nous ne pouvons comprendre un phénomène qu'à partir de la compréhension de l’ensemble de ses interconnexions. Dans l’approche du biohacking par exemple, il peut arriver qu’un médecin échange avec des développeurs qui, en contact avec des maîtres de méditation et des physiciens, trouvent une nouvelle voix de compréhension et de traitement d’un phénomène biologique. 

 

Un biohack accessible à tous consiste à mettre nos pieds nus en contact avec la terre (pelouse, sable, terre) pendant 15 minutes minimum par jour. Cette action simple conduit à de bénéfices énormes : élimine ou réduit sensiblement la douleur, améliore le sommeil, améliore l’énergie, augmente la production de mélatonine, normalise la sécrétion de l'hormone Cortisol, diminue le stress, améliore l'humeur, réduit les symptômes de l'ostéoporose et améliore la fonction rénale, et la liste continue….

 

Un biohack plus extrême : un dispositif qui imite les ondes du cerveau et les provoque, donc si vous avez besoin d’être concentré, ou content, ou calme, il suffit de lui indiquer et il va stimuler votre cerveau pour qu’il rentre dans cet état. 

 

Dans mon cas, pour une question de principes (j’aime bien y arriver par moi même !) et de budget (j’aime bien que les solutions soient accessibles à tous) je me focalise sur les biohacks simples et accessibles. Pas de casques ou de saunas chez moi,  mais pourquoi pas essayer un jour ?

Quels contextes internes et externes pouvons nous hacker ?

L’ALIMENTATION

 

C’est le principal. “Dis moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es” fonctionne très bien ici. Nous avons malheureusement développé une industrie qui est beaucoup plus concernée pour vendre que pour apporter du bien être à notre santé.

 

Il n’a pas une seule recette pour tous. Des aliments vont être très nourrissants pour certains, et potentiellement toxiques pour d’autres. Tout dépend de notre biologie, de notre histoire, et de notre contexte actuel.

 

Ce que nous mangeons affecte la performance de notre cerveau, de notre corps, de notre sommeil, et a des implications sur des aspects apparemment moins connexes telles que nos relations : lorsque nous sommes stressés nous sommes moins tolérants aux autres. 

 

Des milliers de hacks alimentaires existent. Certains aliments sont riches en nutriments, mais si nous les cuisinons au barbecue, nous les rendons toxiques. D' autres comme le quinoa ont de nombreuses vertus, mais sont également constitués d'anti-nutriments qui leur servent naturellement à se protéger des menaces (insectes, météo, animaux) et sont passablement toxiques pour les humains. Ne vous inquiétez pas, ceci est hackable aussi.

LE SOMMEIL

 

Il est aussi important de bien dormir que de bien manger. La qualité de notre sommeil fait notre énergie du lendemain. Par exemple, durant ce temps, notre corps régule nos taux de sucre dans le sang. Après une mauvaise nuit, nous nous réveillons en ressentant le besoin de compenser en ingérant des aliments riches en sucre.

 

Quand mal dormir devient chronique, nous finissons par nous familiariser avec la brume mentale qui l’accompagne et par croire que c’est notre “nature” de perdre les mots, d’oublier les choses, de ne pas atteindre nos buts.

 

Il existe des applications pour analyser les résultats de nos biohacks sur notre sommeil. J’utilise Sleep Cycle et aime beaucoup voir mon score chaque matin quand je me réveille, pour constater si ce que j’ai mis en place a été efficace ou pas.

 

Consultez notre article : 5 hacks pour mieux dormir.

L'ACTIVITÉ PHYSIQUE

 

Une grande découverte pour moi qui n’aime pas faire du sport est qu’il n’est pas nécessaire de faire une heure trente de cardio par jour pour avoir un corps sain. 

 

Comme dans tous les contextes, tout dépend de notre objectif. Le mien était de perdre du poids rapidement, sans rentrer dans un régime qui me frustre et me rend triste et sans faire une heure de sport par jour car ça ne me plais pas. Et je crois que la frustration peut être beaucoup plus toxique que n’importe quel autre comportement.

 

Donc oui, il existe des hacks pour ceux qui veulent avoir une masse musculaire importante d’ici à un mois ou pour ceux qui comme moi veulent faire le minimum indispensable pour rester sains.

LA LUMIÈRE

 

Un des aspects qui m'a le plus interpellé est l’impact de la lumière. La première découverte a été de constater les effets de la “junk light” (lumière indésirable) avec laquelle nous sommes en contact quotidiennement et qui nous intoxique au même titre que de manger un fast food.

 

Le deuxième : quelle piètre connaissance et/ou conscience avons-nous de la lumière en tant que nutriment ! Cette dernière nous fournit de l’information essentielle pour nous repérer dans l’espace et le temps, indique à nos mitochondries quand produire de l’énergie ou bien être au repos et nous permet de synchroniser notre rythme avec celui du soleil. 

 

Les hacks ici sont les plus faciles et ils nous aident à mieux dormir en régulant nos sécrétions de mélatonine et de sérotonine, à être plus performants dans la journée et à éviter la dégénération maculaire précoce.

Voir l'article : La lumière stresse ? Oui.

 

LE TRAVAIL

 

Ce qui m’a amené à commencer à appliquer sur moi-même les biohacks a été le constat que je ne parvenais pas à me concentrer sur mes projets alors que  je les adorais et avais très envie de les développer. J’avais le temps, l’argent, le support émotionnel, l’envie, le lieu. Mais… chaque jour était une lutte ne serait-ce que pour avancer un tout petit peu.

 

Comment hacker “le travail” donc ? 

 

Il faut commencer par tout le reste. Si notre corps est stressé parce que nous mangeons un aliment auquel nous sommes sensibles, il demeure en état d’alerte permanent. En effet, plus notre organisme se sent vulnérable, plus il va atteindre la zone de sensibilité et de vigilance pour se prémunir des attaques extérieures éventuelles. 

 

Cet état de stress, souvent inconscient, implique qu'au moindre mouvement ou bruit que nous percevons (même à distance), notre attention "dévie" le temps de l'analyse. Nous savons grâce à certaines études que le temps moyen de mise en concentration est de 23 minutes. Laissez votre téléphone allumé et dites adieu à la concentration !

 

Si nous sommes exposés aux lumières qui stressent nos yeux, nous allons aussi nous sentir fatigués, car notre corps dépense beaucoup plus d’énergie pour traiter cette lumière. 

 

Si le contexte physique n’est pas adapté (bruits, mauvaise posture, mauvaise ventilation), cela aura également des conséquences sur notre concentration.

 

LA CONCENTRATION ET L’ÉNERGIE

 

Chaque être humain dispose d'à peu près 1 quadrillion de petits organites appelés “mitochondrie” et qui sont chargés de générer, avec l’oxygène et la nourriture, l’énergie et de la transporter partout dans notre corps. Si nos mitochondries marchent bien et sont contentes, tout notre corps marche bien. À l’inverse, si nous stressons nos mitochondries (par exemple celles dans nos yeux quand nous les exposons à la lumière artificielle), toutes nos mitochondries se mettent en état de stress et diminuent leur production d’énergie.

Nous pouvons manger la nourriture la plus saine, avec la méthode de coccion la plus saine, mais si ces organites ne sont pas suffisamment en forme pour la transformer en énergie, ça ne sert à rien. La bonne nouvelle est que tous les hacks boostent vos mitochondries.


 

TOUS LES HACKS HACKENT TOUT

 

Tout ce que nous allons faire pour intervenir sur nos contextes de vie a un impact sur le reste. Par exemple :

 

Une fois hacké et amélioré notre sommeil, cela a un impact automatique sur nos niveaux d’énergie et de concentration. Si nous sommes concentrés, nous pouvons nous focaliser sur ce qui nous intéresse réellement. Si nous nous focalisons, nous arrivons à avancer vers nos buts et cette satisfaction diminue à termes nos niveaux de stress. Une personne moins stressée travaille mieux. Mieux je dors, mieux je travaille et avec plus d’énergie. Quoique j'entreprends, j’y arrive plus rapidement (ce qui implique plus de temps pour moi) ou bien je parviens à en faire plus (ce qui implique plus de satisfaction et plus de reconnaissance, donc une meilleure estime et des relations plus harmonieuses avec les autres).

 

Ce cercle vertueux ne s'arrête jamais.

 

Le mien a commencé comme ça : pour hacker ma concentration, j’ai commencé à changer mon alimentation et mon exposition à la lumière. En conséquence, j’ai commencé à perdre du poids très rapidement, et à mieux dormir. Ce gain en énergie et en concentration s'est traduit par un bien-être généralisé. Depuis de nombreuses années je voulais perdre du poids et n’y arrivais pas.

 

Enthousiasme + concentration + énergie : j’ai commencé à atteindre tous mes objectifs quotidiens mais aussi ceux plus ambitieux : 15kg de moins, finir ma formation de coach, créer ma société Troisième Hémisphère, et développer mes accompagnements dont un séminaire de Biohacking pour vous partager toutes mes astuces. 

 

Alors, par quoi allez-vous commencer ?

Séminaire de Biohacking

 

Nous préparons un séminaire de Biohacking qui aura lieu en 2021. Si vous êtes intéressé, inscrivez-vous à la liste de diffusion de notre séminaire pour être informé de la date définitive et ses horaires ! D'ici là, suivez-nous sur instagram, facebook ou linkedin pour être au courant de biohacks simples et commencer à changer votre vie dès maintenant.

francia.jpg
bandera española.jpg

Un biohack accesible à tous

La terre possède une charge électrique négative tandis que nous les humains, une énergie positive. A l'image d'une batterie, nous avons besoin de ces deux types de courants pour fonctionner correctement. Quand nous entrons en contact avec la terre (en marchant pieds nus sur la pelouse ou le sable par exemple) nous chargeons cette énergie négative qui équilibre instantanément nos constantes ioniques et électro-magnétiques.

Avec notre mode de vie moderne, nous utilisons majoritairement des chaussures à semelles isolantes et nous passons parfois des mois, voire des années, sans nous recharger négativement.

Cela provoque, selon plusieurs études, de très nombreux déséquilibres inflammatoires. Quand nous nous contactons à la terre, cela produit des effets rapides de réduction du stress, d'amélioration du sommeil, tout en générant de très nombreux effets antioxydants et anti inflammatoires. 

 

C'est pourquoi je vous recommande de passer au moins 15 minutes par jour en contact avec la terre. 

 

Comment faire si nous n'avons pas un jardin, une plage ou un parc proche pour y aller faire ce "grounding" (mise à la terre, aussi connue comme "earthing")?

 

Nous les biohackers qui vivons en ville loin de sources naturelles, utilisons des dispositifs qui ont spécialement été inventés pour profiter des bénéfices de la mise à la terre, depuis chez nous. Ils existent des tapis pour les pieds, des pads pour le souris de l'ordinateur et même des draps pour le lit qui se connectent à la prise terre de notre réseau électrique. Question de normes internationales d'isolement électrique, la plupart des logements dispose de ces prises terre.

 

Voici un exemple de comment les biohackers trouvent des astuces simples et efficaces pour donner au corps ce dont il a besoin, tout en respectant nos modes et nos objectifs de vie. 

Un corps libéré du stress

 

Quand notre corps est libéré du stress quotidien provoqué par ce que nous mangeons, les produits que nous utilisons pour nous laver, la contamination sonore, la lumière à laquelle nous nous exposons, etc, il retrouve toutes ses ressources pour fonctionner de façon optimum. Car quand son énergie n'est pas occupée à réduire l'inflammation que provoquent certaines de nos habitudes, il a toute l'énergie suffisante pour réaliser tout ce que nous choisissons de faire : nous concentrer, étudier, faire du sport, créer une entreprise, aimer.

 

Quand nous nous cognons la tête par exemple, notre corps génère une bosse : une espèce de bulle remplie de tout ce dont cette partie blessée a besoin pour se soigner. Ce processus, comme une opération à l'hôpital, génère des déchets qui, si nous ne les éliminons pas, s'accumulent petit à petit dans notre corps et empêchent son bon fonctionnement. 

 

Ces déchets obstruent nos cellules, s'agglutinent dans nos veines, dans notre peau, et accélèrent son vieillissement. Et la liste continue. Pour être inflammé, il ne faut pas nécessairement subir un choc : j'imagine que nous nous sommes tous réveillés un jour avec le ventre gonflé. Nous nous sommes peut-être dit alors que cela était dû au fait que nous n'avions pas été au sport depuis deux semaines, toutefois et très souvent, il s'agit en fait de quelque chose que nous avons mangé récemment et qui provoque une inflammation, s'accompagnant de la même réaction en chaîne que le coup sur la tête.

 

Bien sûr, je vous recommande de faire du sport pour éliminer les toxines grâce à la transpiration, d'aller au sauna régulièrement et de manger certains légumes aux effets antioxydants. Toutefois, ne serait-il pas meilleur de reconnaître ces éléments qui provoquent l'inflammation pour les éliminer complètement de nos habitudes ? 

 

Le premier pas pour devenir un biohacker est d'éliminer progressivement ces polluants : de notre nourriture, de nos sources lumineuses, de nos produits de beauté et d'hygiène. Le deuxième consiste à s'informer et tester, selon notre biologie et nos goûts, les habitudes qui réduisent le stress et l'inflammation de notre corps. Libérer toute cette énergie quotidiennement dépensée pour traiter nos blessures et l'utiliser pour nos projets. Un troisième pas consiste à intervenir directement sur notre corps en utilisant des suppléments naturels ou technologiques avancés pour booster les processus naturels du corps.